Facebooktwitter

La tortue luth, l’amoureuse des océans

 

Plusieurs millions de tortues ont péri dans les filets de pêche ces deux dernières décennies, dénoncent des chercheurs après une enquête internationale. La tortue luth en fait partie : le nombre d’individus a diminué d’environ 80% depuis quelques années. Aujourd’hui, cette espèce est classée « en danger critique d’extinction ». Elle figure sur la liste de l’UICN des espèces en voie de disparition et fait l’objet de conventions et de programmes internationaux de protection et de conservation.

 

Ce mois-ci, la tortue luth est à l’honneur dans la réserve animale de Nidoo.

 

La géante des mers

 

tortue

 

Issue des reptiles primitifs qui vivaient il y a 250 millions d’années, la tortue luth a peu à peu évolué pour pouvoir vivre en milieu marin. Elle est la plus grande des tortues au monde : elle peut atteindre 2 mètres de long et peser près de 900 kg. Cette espèce peut vivre jusqu’à 50 ans.

Contrairement à la plupart des autres tortues marines, elle a la particularité de ne pas avoir une carapace osseuse. A la structure unique, elle est constituée d’une fine peau recouvrant une épaisse couche de graisse lui donnant un aspect caoutchouteux, proche du cuir. Ce qui lui vaut parfois le nom de « tortue cuir ».

 

 

Une grande migratrice

 

tortue

 

Elle est la seule tortue marine à pouvoir fréquenter tous les océans de la planète : Atlantique, Pacifique et Indien. Elle migre des eaux tropicales, où se trouvent ses plages de ponte (une femelle utilise toujours le même site de ponte), aux eaux tempérées ou froides où elle chasse.

Son régime alimentaire est composé essentiellement de méduses et autres céphalopodes. Elle apprécie également les crustacés, poissons, charognes et parfois même des algues. Elle peut consommer quotidiennement une quantité de méduses égale à son propre poids. De ce fait, elle a un rôle important dans l’équilibre biologique, car elle empêche la prolifération des méduses, grande consommatrice d’alevins et de jeunes poissons.

C’est une espèce dite pélagique qui préfère les eaux profondes aux zones côtières. On note des plongées dépassant les 1300 mètres de profondeur et elle peut rester en apnée pendant près de 80 minutes.

 

 

La proie des animaux et … des humains !

 

tortue

 

La menace animale

Les prédateurs sont une menace importante lors de l’éclosion des œufs. Le parcours entre le nid et l’océan est pleins d’obstacles pour les nouveaux-nés de quelques centimètres. Ils sont menacés par les crabes, caïmans, oiseaux, insectes et mammifères s’aventurant sur les plages. Une fois arrivées à l’eau, les jeunes tortues deviennent les proies des pieuvres et des gros poissons.

La menace humaine 

La survie de ces tortues géantes est aussi gravement menacée par le braconnage, la récolte intensive des œufs, les filets de pêche et l’urbanisation du littoral. La pollution des mers et océans avec notamment la présence de sacs en plastique entraîne une augmentation des mortalités. En effet, les tortues confondent les sacs plastiques avec des méduses et cela a pour conséquence l’obstruction des voix digestives.

 

 

Comment peut-on agir ? 

 

tortue

De nombreuses mesures sont prises pour la survie des tortues luth :

–  WWF ainsi que des groupes environnementalistes se mobilisent. Les principaux lieux de ponte ont été protégés par des parcs naturels. Utilisez de préférence les services des centres de protection de la nature. Vous serez guidés par des spécialistes tout en contribuant au financement de leurs actions de sauvegarde.

–  Depuis 2009, le Comité des pêches de Guyane, le bureau local du WWF et l’Ifremer collaborent pour équiper les bateaux d’un nouveau type de filet qui a pour vocation de protéger les tortues, requins et raies.

–  Il s’agit également de devenir responsable quant à notre consommation de plastique. N’utilisez plus de sacs en plastique mais préférez des sacs en tissu. Réfléchissez de la même façon pour tous les objets plastiques que vous utilisez.

 

Passionnée des animaux domestiques et sauvages, sensible aux questions environnementales et à la protection de notre planète, l’équipe de Nidoo vous présente chaque mois une espèce en voie de disparition à protéger. A retrouver sur le blog de Nidoo.

 

 

Illustration par Alice Trichelieu

 

Laëtitia de Nidoo.

 

Commentaires

Laisser une réponse