Facebooktwitter

L’Ara à Gorge Bleue, le coloré de la savane tropicale

27L’Ara à gorge bleue ou Ara canindé est un oiseau appartenant à la famille des  Psittacidae.

L’humaniste Jean de Léry le mentionne dans son livre « Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil » (1578). L’espèce n’a été redécouverte qu’en 1992. 

 

L’oiseau bleu de Bolivie

 

ara

 

On peut le confondre avec l’Ara Bleu (ou Ara Ararauna), espèce plus connue, mais il n’en est rien. L’Ara à Gorge Bleue a un front bleu, et non vert comme celui de l’Ara Ararauna.

L’Ara à Gorge Bleue peut vivre en moyenne jusqu’à l’âge de 80 ans. Ces oiseaux sont monogames et restent ensemble pour la vie, un grand fidèle! Ce grand oiseau de 85 centimètres peut peser jusqu’à 800 grammes.

 

 

Une espèce endémique de Bolivie

 

ara

 

On retrouve cette espèce dans une zone protégée, au nord de la Bolivie dans la savane du Beni. En effet, le Ara à gorge bleu (ou canindé) vit majoritairement dans des zones peu peuplées et quasi inexplorées. Des bosquets secs, de grands palmiers (surtout des Attalea Phalerata) et des des plaines inondées saisonnièrement.

 

 

Victime du commerce d’animaux exotiques

 

 

Le nombre d’Ara à gorge bleue a fortement diminué et l’espèce est maintenant en grand danger. La population est aujourd’hui estimée à environ 350 oiseaux, toujours sur la Bolivie. Les dangers qui menacent la survie de cette espèce sont nombreux.

En premier lieu, leur habitat naturel est de plus en plus détruit. Les forêts entourant la réserve Barba Azul souffrent de la surexploitation forestière et de l’élevage de bétail intensif. Les prairies sont épuisées par le surpâturage et des incendies volontaires réguliers.

En second lieu, le Ara à gorge bleu souffre du braconnage illégal et de la commercialisation illégale d’animaux exotiques. En effet, ces oiseaux ont un plumage très attrayant et une esthétique qui attisent les convoitises.

De plus, la Bolivie étant un des pays les pauvres d’Amérique Latine. Sa population est très pauvre. La vente d’animaux exotiques constitue donc une source de revenus malheureusement non négligeables.

 

 

Comment protéger cet oiseau? 

 

ara

 

L’association Armonia (Conservacion de Aves en Bolivia) a plus que doublé le nombre de réserves naturelles pour héberger l’Ara à gorge bleue et a même découvert une nouvelle zone d’extension, située à l’ouest du Rio Mamoré aux environs de la ville de Trinidad.

3 solutions de protection de l’espèce sont mises en place :

La réserve naturelle protégée a été crée en 2008 par l’Association Bolivienne Armonia dans le but de protéger la savane de Beni, dans le nord de la Bolivie. La surface protégée a été doublée début janvier 2014  grâce à l’aide de tout un réseau d’associations de protection des oiseaux dans le monde ou de mécènes comme l’American Bird Conservancy, le Fond de Conservation du Canada ou encore le Rainforest Trust. 11 000 hectares sont désormais consacrés à la préservation du Ara à gorge bleue et d’autres espèces d’oiseaux en danger.

Les Aras à Gorge Bleue ne se reproduisent pour le moment pas dans leur zone protégée. En effet, les couples ont tendance à se disperser dans les terres agricoles de la région à la recherche d’un site plus approprié.

Ils ont besoin de deux conditions spécifiques: des îles forestières isolées loin des prédateurs et des arbres avec de grandes cavités au creux de leurs troncs afin d’y nicher. Par le passé les vieux arbres de la savane de Beni étaient de très bon nichoirs naturels. Mais les 150 ans d’élevage intensif de bétail ont défriché la forêt ne laissant que de jeunes arbres inadéquat pour la nidification.

L’idée est donc de favoriser la reproduction par l’installation de nichoirs artificiels. 67 boîtes ont été installées sur les îles en 2014 mais les aras prennent du temps pour s’y adapter et accepter les boîtes comme sites de nidification viables.

ara

Depuis plus de 7 ans, l’Association Armonia mène une campagne médiatique et éducative à échelle nationale en Bolivie. La clé étant la lutte contre le commerce illégal du Ara à gorge bleue afin de le sauver de l’extinction. Le but de cette campagne est d’inspirer un sentiment de fierté nationale à l’égard du Ara.  Une fierté qui conduirait à un changement de comportement des populations.

Grâce à cette lutte acharnée, les 20 à 30 Aras à gorge bleue qui étaient vendus chaque année sur le marché du commerce illégal d’animaux exotiques ont été considérablement réduits. En 2014, le gouvernement national Bolivien a déclaré le Ara à gorge bleue comme une espèce patrimoniale nationale. Ce qui lui confère une plus grande protection juridique.

 

Passionnée des animaux domestiques et sauvages, sensible aux questions environnementales et à la protection de notre planète, l’équipe de Nidoo vous présente chaque mois une espèce en voie de disparition à protéger.

A retrouver sur le blog de Nidoo.

Illustration par Alice Trichelieu.

Coline de Nidoo.

ara